Trop de paracétamol serait dangereux pendant la grossesse

Un excès de consommation de paracétamol lors de la grossesse serait néfaste pour le fœtus mâle.

Une étude réalisée par l’université d’Edimbourg en Écosse et publiée dans la revue « Science Translationnal Medecine » a entaché la réputation du paracétamol. Cette molécule est plus connue au travers des noms des médicaments qui en sont composée. Par exemple Efferalgan, Doliprane, Dafalgan, Actifed, et plein d’autres.

Le paracétamol est une molécule qui se prend contre la douleur. Elle est considérée par beaucoup comme étant sans risque. Mais ceci est infirmé par les résultats de l’étude menée par les chercheurs écossais.

paracétamol

Crédit : Mateus Hidalgo

Ces chercheurs ont en effet montré dans leur analyse que la consommation excessive de paracétamol chez la femme enceinte présentait des risques pour les fœtus mâles. Ceci dans la mesure où cela empêcherait la production de testostérone, une des plus importante hormone masculine de l’organisme.

Les conséquences d’une trop grande consommation de paracétamol lors de la grossesse pourrait se traduire de plusieurs façons sur le fœtus mâle. Ainsi on peut citer une augmentation des risques d’infertilité, des testicules non-descendus, voire des cas de cancers des testicules.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont greffés des tissus testiculaires humains sur des souris. Puis ils ont régulièrement administré à ces souris des doses de paracétamol avant d’en observer les conséquences. Après 24h, aucun effet n’avait été constaté. Mais au bout d’une semaine, la production de testostérone chez ces souris avait chuté de 45%

Le docteur Rod Mitchell, de l’Université d’Edimbourg, a déclaré la phrase suivante. « Cette étude s’ajoute aux preuves existantes que l’utilisation prolongée de paracétamol pendant la grossesse peut augmenter le risque de troubles de la reproduction chez les bébés de sexe masculin ». Puis il ajoute: « Nous conseillons aux femmes enceintes de suivre les directives actuelles ». Celles-ci « recommandant que l’analgésique doit être pris à la dose efficace la plus faible pour une durée la plus courte possible. »

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.